Et si votre corps était votre meilleur ami ?

Parler de communication avec son corps semble être devenu une chose concevable pour beaucoup. Et… il est un autre possible encore plus formidable avec lui : la communion avec son corps. Et si votre corps était votre meilleur ami ?

Souvent, lorsque l’on parle du corps, on en parle comme d’une chose séparée, parfois même encombrante. Qu’on n’a pas choisie. Dont on est tributaire. Qui ne fonctionne pas toujours très bien. Qui ne fait pas toujours ce qu’on lui demande. On voudrait le maîtriser, le contrôler, le pousser plus loin, parfois à l’extrême. Il fait mal, il est trop gros, trop petit, trop flasque, pas assez fort, pas assez musclé.

Quel genre de relation avez-vous avec votre corps ?

Vous êtes avec votre corps à chaque instant de chaque jour pour toute cette vie, alors imaginez que vous traitiez votre amoureux (ou amoureuse) comme vous traitez votre corps. Resterait-il ou s’enfuirait-il à toutes jambes ? Kof, Kof. Pardon, un chat dans la gorge. Oups, il est parti ? Et vous, resteriez-vous si on vous traitait comme vous traitez votre corps ?

Cette comparaison n’est peut-être pas très parlante, car ce qui vient d’être décrit correspond hélas souvent tellement à ce qu’on appelle des relations « normales », dont on s’accomode parfois trop bien… Mais cela, c’est une histoire pour une autre fois. Toujours est-il que nous avons souvent avec notre corps une histoire qui ressemble un peu trop à une relation toxique et ici, le toxique, c’est nous !

Vous demandez, et votre corps vous donne

Et pourtant votre corps est toujours là, indéfectible, à vous donner exactement ce que vous lui demandez. Vous lui dites qu’il est trop gros ? Il confirme. Vous lui dites qu’il est malade ? Il vous suit. Vous lui dites qu’il est encombrant, il le prouve.

Bien sûr le tableau n’est jamais ni tout blanc ni tout noir, mais prenez un instant pour être brutalement honnête avec vous-même. Comment traitez-vous votre corps ? Combien de temps, d’attention, d’écoute lui accordez-vous ? Le consultez-vous pour tout ce qui le concerne ? La nourriture, le repos, les activités, les vêtements, les matelas, les voisins de palier, le climat, les chaises et les fauteuils, l’eau de toilette et… le papier de toilette ! Qui il veut toucher, qui le touche, combien on le touche, comment on le touche, quand on le touche ? Et quoi d’autre encore !

Relation ou communion

Alors, considérez-vous votre corps comme votre meilleur ami, ou bien le moment est-il venu d’apporter quelques changements ?

Vous avez choisi et cocréé votre corps avec lui, et aussi longtemps que cette vie-ci durera, vous serez avec lui absolument tout le temps ! Ne serait-il pas bénéfique de changer de perspective ?

Et si ce n’était pas une relation que vous deviez construire avec votre corps, mais être en communion avec lui ?

À quoi ressemblerait votre vie si vous étiez constamment en communion avec votre corps ? Peut-être ne pouvez-vous pas vous représenter ce que cela serait, mais ce n’est pas grave. Cela ne ressemble probablement à rien que vous puissiez vous représenter avec votre mental.

Quelques outils pour commencer à avoir plus de communion avec son corps

Le moment gratitude du matin

Tous les matins, au réveil, prenez le temps de toucher votre corps et de le saluer, de le remercier. Et quelles grandes et glorieuses aventures allez-vous avoir avec lui aujourd’hui ?

Baisser les murs et les barrières

Au cours de la journée, baissez tous les murs et les barrières que vous mettez entre vous et votre corps. Il suffit de le demander.

Prendre contact

Assis, sentez bien vos pieds sur le sol, vos fesses sur le siège, et posez une main où vous voulez, par exemple, sur le visage. Sentez votre visage avec votre main et votre main avec votre visage. Branchez-vous sur la Terre. Et soyez, tout simplement.

Cesser de juger son corps

Chaque fois que vous vous surprenez à juger votre corps, arrêtez de le juger. Cela demande un peu d’entraînement. Et de grâce, ne vous jugez pas non plus parce que vous jugez votre corps !

Consulter son corps pour tout ce qui le concerne

Consultez votre corps pour tout ce qui le concerne. Posez-lui des questions. Au début, vous aurez peut-être l’impression de ne pas avoir de « réponse », mais ne cherchez pas. Continuez à demander, avec le temps, vous finirez par percevoir.

Une heure par jour, un jour par semaine

Consacrez une heure par jour et un jour par semaine à votre corps. Quoi ??? Tout ça ? Vous n’avez pas le temps ? Vous pourriez changer votre fusil d’épaule et au lieu de conclure que vous n’avez pas le temps, poser la question : « Que faudrait-il pour que je puisse consacrer une heure par jour et un jour par semaine à mon corps avec aisance ?

Les outils corporels d’Access Consciousness®

Recevez une séance d’Access Bars®, de processus corporels d’Access Consciousness ou une séance de Symphonie. Tous ces merveilleux processus vous ouvriront la voie vers plus de communion et de paix avec votre corps.

Pour aller plus loin

Le Dr Dain Heer a merveilleusement parlé de tout cela et bien plus encore dans le Le dialogue subtil avec le corps.

Participez par exemple à des classes de processus corporels avec les Facilitateurs des processus corporels. Ce sera non seulement une demi-journée ou une journée entière de détente totale rien que pour vous et votre corps, mais aussi l’exploration de nouvelles énergies.

Le juste Corps pour toi explore mille et une facettes de votre vie avec votre corps.