Et si vous remplaciez vos objectifs par des cibles ?

Et si vous remplaciez vos objectifs par des cibles ?

Dans son livre La Joie du business, Simone Milasas parle de la différence entre les objectifs et les cibles. Mais quelle différence fait un simple mot ? Eh bien, une différence énorme ! Et si vous remplaciez vos objectifs par des cibles, qu’est-ce que cela pourrait bien créer ?

Qu’il s’agisse du monde des affaires, de l’administration, de l’enseignement, de gestion, de financement de projets ou quoi que ce soit d’autre, on vous parle d’objectifs. Vous devez avoir des objectifs précis, mesurables, quantifiables, réalistes, avec des échéances. Léger ou lourd ?*
*Ce qui vous fait vous sentir plus léger est vrai pour vous, ce qui vous fait vous sentir plus lourd est un mensonge pour vous.

Et si l’argent n’était qu’un effet secondaire ?

Le succès en affaires est d’ailleurs programmé et quantifié en termes d’objectifs. Le plus souvent en termes d’objectifs financiers. Mais le succès ne se mesure-t-il qu’en argent ? Et si l’argent était ce qui se présente, comme un effet secondaire, si vous voulez, ou un sous-produit, de ce que vous créez et générez, que vous savez être possible avec votre business ?

Quelle est la différence entre un objectif et une cible ?

Un but ou un objectif (goal en anglais) est quelque chose de plutôt rigide et solide. D’ailleurs, il est intéressant de noter qu’en anglais, le mot goal signifie à l’origine frontière, limite, obstacle ou barrière. Il est également très proche du mot gaol (jail), l’équivalent de notre geôle (qui désigne une cage puis une prison). Donc, nous voilà bien emprisonnés par nos objectifs !

Dans le registre du solide, vous fixez des objectifs ou vous les poursuivez. Comme nous le rappelle Simone, les objectifs sont souvent attachés à des attentes. Et donc, si vous ne les atteignez pas, vous êtes déçu et vous devez vous juger.

Une cible, quant à elle, est mouvante. Elle bouge tout le temps. Vous pouvez continuer à la viser même si les choses changent.

Quelle est votre cible ?

C’est en posant des questions que vous finirez par obtenir l’information sur ce que vous demandez. Par exemple, quel est l’impact que j’aimerais que mon business ait dans le monde ? À qui s’adresse ce business ?

Si vous êtes fleuriste, vous pourriez dire que vous aimeriez que vos compositions florales apportent de la beauté et de l’élégance dans le quotidien des gens. Ainsi, apporter de la beauté et de l’élégance dans la vie des gens pourrait bien être faire partie de votre cible.

Continuez à poser des questions comme : « Quelle énergie me vient par rapport à la création de mon business (de fleuriste, dans l’exemple) ? » Et continuez à les poser dans le temps, car les cibles sont mouvantes et changeantes ! Restez dans cet état de question constant et vous aurez toujours l’information dont vous avez besoin pour faire prospérer votre business.

Reconnaître l’énergie

Quand vous aurez votre cible, vous en aurez l’énergie. Et demandez à avoir plus de cette énergie dans votre vie et dans votre business. Ainsi, chaque fois que vous capterez cette énergie particulière, elle vous indique le chemin. Suivez-la.

Vous n’aurez aucune idée de ce qui se présentera. Ni sous quelle forme. Ni à quoi elle mènera, si ce n’est à la concrétisation de ce que vous avez demandé.

Entraînez-vous à reconnaître ces instants où cette énergie se présente et à suivre son invitation, même si cela ne fait aucun sens. Vous pouvez lui faire confiance.

Et l’argent alors ?

Cela ne veut pas dire pour autant que vous deviez ignorer l’aspect financier de votre business ! Mais au lieu de fixer des objectifs, vous pourriez demander à avoir plus de profitabilité.

Quand vous demandez la profitabilité, chaque chose que vous touchez devient un catalyseur de plus pour le présent et le futur. Que devriez-vous faire ou ajouter à votre business pour qu’il soit grandement profitable ?

Si vous êtes disposé à poser des questions pour avoir l’information et la conscience de ce qui est requis, vous générerez bien plus qu’à travers vos objectifs purement chiffrés.

En général, vous avez déjà décidé comment l’argent allait arriver dans votre business. Vous avez déjà décidé à quoi il allait ressembler, en termes d’activité, de forme et de structure.

Nous vous invitons ici à le générer à partir d’une vision plus large. Et si ce qui allait être profitable pour votre business ne ressemblait pas du tout à ce que vous aviez imaginé ?

Êtes-vous prêt à tout effacer et à recommencer à partir de zéro ?

Si vous avez une cible et vous avez une invitation énergétique à créer quelque chose, vous allez peut-être prendre une tangente et créer quelque chose qui va permettre d’atteindre votre cible. Mais en cours de route, cette chose peut ne plus être requise ou avoir tellement absorbé votre attention qu’elle vous détourne de votre cible.

Ou bien vous êtes parti dans une certaine direction et même si cela a fonctionné un temps, cela ne fonctionne plus. Êtes-vous prêt à voir les choses comme elles sont et dire : « Bon, ça ne va plus. Cela ne correspond plus à l’énergie de ce que je désire créer. Quoi d’autre est possible ? »

C’est ce qui se passe quand vous avez transformé votre cible en décision ou en certitude. Vous l’avez rendue solide. Ou bien, vous vous attachez au résultat et les choses ne sont plus ni légères ni joyeuses.

Vous pouvez alors tout effacer et poser d’autres questions qui vous permettront de rectifier le tir et retrouver le chemin de votre cible. Chaque fois que la joie n’est plus là, vous n’êtes plus sur la voie de ce qui vous anime vraiment.

À combien de vos créations passées vous accrochez-vous alors qu’elles ne contribuent plus à votre cible ?

Les objectifs vous mettent en mode démarrage-arrêt

Un autre aspect des objectifs, c’est qu’ils ont un point final. Une fois que vous avez atteint votre objectif, vous arrêtez l’énergie. Et souvent, il vous faut beaucoup d’énergie pour vous relancer. Ou bien, vous détruisez ce que vous avez créé pour avoir de nouveau un objectif. Vous fonctionnez alors en mode démarrage-arrêt.

Gary Douglas, le fondateur d’Access Consciousness®, dit : « Un objectif (goal) et une prison (gaol). Une fois que vous l’avez atteint, vous devez rester là jusqu’à votre mort. »

Et si vous restiez constamment en mode génératif ? Vous avez réalisé une étape ? Quoi d’autre maintenant ? Votre cible a peut-être bougé, changé, mais elle est toujours là.

« Imaginez ce que vous feriez si vous saviez que vous ne pouvez pas échouer »

Dans son livre La Joie du business, Simone conclut le chapitre sur les objectifs et les cibles en nous invitant à cette question : « Imaginez ce que vous feriez si vous saviez que vous ne pouvez pas échouer ».

Avez-vous décidé que vous étiez en échec parce que vous avez généré quelque chose qui ne ressemble pas à ce que vous aviez décidé, à un résultat précis ? Oh oh, était-ce un objectif ? Et si vous pouviez fonctionner en sachant que vous ne pouvez pas échouer ?

Pour aller plus loin :

La Joie du business : le livre, les classes

Lisez aussi cet interview de Simone Milasas.